Le Burundi égalise avec la Tanzanie en match aller des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, Qatar

C’était la toute première rencontre des éliminatoires de la Coupe du Monde prévue au Qatar en 2022. Récemment sorties de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations – CAN – qui s’est déroulée en Égypte en juin dernier,  les  deux équipes, celle de la Tanzanie et celle du Burundi ventent la force, la technique et les leçons apprises de l’Égypte. Loin de là, toutes entraînées par des fils du Burundi, les Taïfas Stars de la Tanzanie et les Hirondelles du Burundi se craignent les uns des autres depuis un temps. Des mots de sensation de supériorité  [de l’une contre l’autre] et d’intimidation comme « Fyeka Burundi » et « Ponda Tanzania » en kiswahili se laissaient entendre  aux milieux des fans Burundais  et Tanzaniens.

Le stade plein de fans  des Intamba mu Rugamba et ceux  des Taifa Stars, des officielles des deux pays, une cinquantaine de journalistes du Burundi et de la Tanzanie, des caméras grand zoom  de la  superbe télévision régionale AZAM  sur les toits du Stade Intwari, tous pour ce grand rendez-vous d’éliminatoire entre voisins, pour le World  Cup,  Qatar, 2022.

Le match, les buts, les joueurs

Le coup d’envoi a été donné à 15h00 pile, heure de Bujumbura.  Les Hirondelles du Burundi parmi lesquels trois nouveaux (Joël Bacanamwo et  Ramazani Diamant [20 et 21 ans] qui évoluent en Belgique ainsi que Kanakimana Bienvenue récemment admis en Major League soccer- Atlanta United aux USA) ont essayaient d’attaquer, menant un jeu offensif contre les Taifa Stars, qui, de leur côté sont restés en défensif jusqu’à la fin de la première partie sous un score nul et vierge.

Des changements  sur tous les côtés fus opérés  en deuxième partie. Ayant lu le jeu défensif des Taifas Stars, le sélectionneur Niyungeko a renforcé le milieu, donnant du sang neuf en attaque en faisant renter Fiston Abdoul Razak et Mohamed Amissi en remplacement respectifs de Bon Fils Caleb et Kanakimana Bienvenue. Ce qui bouleversa le plan du Coach Tanzanien Etienne.  Il encaissant le but de Cédric Hamissi à la 81e minute sur une passe décisive venue de Mohamed Amissi en transite par Fiston Abdoul Razak. Le stade se remplit d’acclamation. Malheureusement, les Hirondelles sont remis en échec 4 minutes après en encaissant un but suite à la sortie inopportune du gardien Jonathan qui semblaient n’avoir pas réellement communiqué avec son défenseur Fréderic Nsabiyumba qui lui passe la balle de tête alors qu’il était déjà en dehors de la cage.  L’espoir s’estompant du coup chez les fans burundais. Tous au silence, le match se terminant sur un score égalitaire d’un but partout.

De quoi s’attendre du match retour

Le sélectionneur de l’équipe nationale Olivier Niyungeko reste optimiste après égalisation avec la Tanzanie 1-1. Dans une interview accordée à la presse à la fin du match, Niyungeko a indiqué que ce n’est pas fini, mettant l’espoir au match retour de ce 08 septembre en Tanzanie. Selon lui, son équipe a connu de petites imperfections, problèmes de performance et communication. Il évoque ainsi la raison que certains des joueurs n’avaient pas encore commencé à jouer dans leurs championnats respectifs mais également que d’autres ne s’étaient pas entraînés avec le groupe et ont joués fatigués; *cas du capitaine Saido Berahino et Mohamed Amissi qui sont arrivés tardivement.

Une autre observation du coach Mutombola  au regard du match est que les tanzaniens essayaient de tuer le match en jouant le défensif.  Ce qui, selon Niyungeko, « ne sera pas le cas au match retour de ce dimanche ». Tout en appréciant le jeu développé par les nouveaux dans l’équipe nationale, à leur tout premier match joué sur le continent Afrique, Mutombola tranquillise avec sûreté pour le match retour :

« Je suis optimiste parce que, quand vous jouez contre une équipe qui cherche toujours à perdre le temps, cela signifie qu’elle vous craint. Au match retour, ils n’auront pas de temps à perdre. Ils devront sortir pour jouer. De là, nous aurons de l’espace pour marquer car en ce moment, les conditions physiques de toute l’équipe seront au bon fixe. «  A-t-il  confié.

De leur côté, les Taifa stars croient en avantage chez eux, promettant la victoire aux cinquante milles fans qui rongeront le stade  Uwanja wa Taifa le dimanche « pour les acclamer. » Disent-ils.

Une équation à plus d’un inconnu mais d’une seule réponse – la « victoire » qui  est de ce fait l’une des choses que les fans burundais et tanzaniens attendent impatiemment la voir se réaliser.

Tous  envisagent la qualification de leur pays au World Cup – 2022 – Qatar.